Le chêne à Guillotin

Au coeur de Brocéliande se trouve un étrange chêne. Immense, vieux, il cache dans son tronc un trou dont l’ont dit qu’a une époque il protégeait ceux qui en avaient besoin. Je vais donc vous compter une des histoires du chêne à Guillotin.

L’abbé Guillotin

Nous sommes en 1791, la révolution fait rage dans toute la France, et même dans la contrée magique de Brocéliande. A cette époque y réside un abbé, Pierre-Paul Guillotin. Il accepte de prêter serment comme il l’est demandé à tous les religieux de cette époque, mais pas le serment entier ce qui le fait remarquer par les autorités.

Malgré cela il continue à officier à Concoret, baptisant, mariant, donnant le dernier sacrement, aux villageois qui lui sont restés fidèles, ainsi qu’a la religion catholique. Tout les autres prêtres de la région partent en exils, quand lui reste à demi toléré par les autorités, tant qu’il reste tranquille.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
  • Evernote

Etant le dernier religieux sur place, l’évêque en exil lui transmet tout ses pouvoirs, et ses messes commencent à attirer de plus en plus de monde des alentours de Concoret. Ce commence à inquièter les autorités.

Les années sombres

Nous sommes en 1794, du fait de sa popularité l’abbé Guillotin s’est mit les autorités à dos. Maintenant il se cache pour officier, car il est traqué, mais il refuse d’abandonner sa paroisse. On dit qu’il passe de maison en maison pour échapper à ses poursuivants, cacher pas les fidèles qui sont restés croyant.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
  • Evernote

Et on raconte même qu’une nuit alors qu’il officiait clandestinement la garnison est arrivé par surprise pour l’arrêter. Il réussit à s’enfuir et se met à courir, courir, courir.

Hélas il est loin maintenant de toute maison amie, et il sait qu’il va vite fatiguer. Il entends au loin les chiens qui suivent sa trace. Alors il traverse un ou deux ruisseaux pour tenter de les semer, s’enfonçant toujours un peu plus dans les bois.

Quand soudain il aperçoit au loin un chêne, le plus gros chêne de la région. Alors Guillotin se souvient, il y a un trou au milieu de ce chêne, suffisamment grand pour que plusieurs personnes puissent y rentrer. Il va pouvoir s’y reposer, de toute façon il ne peut plus courir, il est trop fatigué.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
  • Evernote

Guillotin s’engouffre dans le chêne, et s’arrête enfin. Comme il s’en souvenait il y a beaucoup de place à l’intérieur, il s’allonge donc et malgré la peur s’endort de fatigue.

La toile d’araignée

Il est réveillé en sursaut par des bruits proches. On fouille le coin. Les chiens ont remonté sa trace jusqu’ici. Il retient son souffle, de toute façon il ne peut plus rien faire. Il s’enfonce le plus possible au fond de l’arbre et commence à prier.

Les pas se rapprochent, il entend des voix. 

  • Mais si, puisque je te dis que j’ai déjà vu cet arbre, et qu’on peut y rentrer. Il est peut être dedans.
  • De toute façon ça ne coute rien de vérifier, les chiens semblent ne plus savoir ou aller ensuite, j’ai bien peur qu’on l’ait perdu.
  • Tiens regarde l’entrée est la
  • Tu avais pas mentit en disant qu’il y avait de la place, mais regarde la, cette toile d’araignée, impossible qu’il ait pu passer ici cette nuit, elle est immense et recouvre toute l’entrée.
  • Tu as raison… Je crois qu’on l’a perdu, c’est pas possible, rentront. Nous ne pouvons rien faire de plus.
  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
  • Evernote

Les pas s’éloignent, Guillotin commence à respirer. Mais il est étonné, donc il bouge un peu pour y voir mieux, et en effet il se rend compte à la lumière de la lune qu’une araignée à tissée une toile derrière lui.

Il décide de recommencer à prier pour remercier de cette aide inattendu, et au matin se glisse le plus délicatement possible dehors, pour ne pas endommager l’oeuvre de cette amie d’un jour qui l’a sauvé d’un funeste destin.

Le chêne entre histoire et légende

L’abbé Guillotin à réellement existé, et officié à Concoret pendant la révolution Française. Il a pu le faire plus ou moins à découvert selon les moments. Les autorités locales n’étant pas toujours très sereine sur le fait d’arrêter le dernier abbé de Concoret. La réaction des habitants risquant d’être violente.

On a aucune trace officielle sur le fait qu’il se soit caché dans le chêne, on attribuerait plutôt ce fait à Joachim Masson un prêtre réfractaire, aussi pendant la révolution. Mais cette histoire se serait plutôt passé du coté de Mauron dans un chêne qui a depuis été abattu.

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • LinkedIn
  • Gmail
  • Evernote

Ensuite l’histoire s’est déplacé vers le chêne que nous pouvons visiter aujourd’hui, puis s’est mélangés avec l’histoire de l’abbé Guillotin en 1979 dans « La toile d’araignée miraculeuse » d’Henri Thébault. Comme vous pouvez le comprendre cette histoire est un mélange entre le vrai et le conte, comme souvent il peut arriver. Je vous en ait livré ma version aujourd’hui.

Vous pouvez visiter le chêne gratuitement. On ne peut plus rentrer dans son tronc le chêne se refermant petit à petit les années passant. Mais on peut toujours voir le trou. Il se situe au lieu dit Crozon à Concoret dans le coeur de Brocéliande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *