Nouvelle-Zélande : la route

Article La route publié initialement sur Facebook.

Ah la blague, nan mais vraiment…

J’en rigole encore, si vous regardez les blog de voyage sur la Nouvelle-Zélande vous verrez des postes : les routes sont bien goudronnées, on y roule facilement etc…

Alors je ne sais pas ce qui s’est passé, la Nouvelle-Zélande n’est pas assez grande pour qu’on ne soit pas passé par les mêmes routes, mais moi je viens de passer 4 mois à éviter les nids de poules, les branches mortes, les rochers et les opossums morts… Donc je ne dirais pas que c’est bien goudronnés et qu’on y roule facilement.

Pour commencer, il y a disons quatre type de route en Nouvelle Zelande.

Tout d’abord celles qu’on trouve le moins souvent les autoroutes qui ont deux voies dans les deux sens et des péages, on en trouve vrament vraiment vraiment rarement et souvent autour des grandes villes.

Ensuite les routes nationales, limitées a 100 mais souvent on roule à moins car ça tourne et dans certaines régions elles sont abîmées, nids de poules etc… C’est sur celles la qu’on parcours toutes la Nouvelle-Zélande.

En troisième position les routes de villes, limitées assez souvent a 50, parfois a 60 ou 70 et parfois a 40 ou 30.

Et pour finir les gravels road, qui comme leurs noms l’indiquent sont des routes de graviers, encore assez courantes en Nouvelle-Zélande, vous aurez du mal à les éviter, elles sont souvent limitées à 100 mais vous ne roulerez jamais à 100 sur ce genre de route.

A noter, si vous voulez partir en Nouvelle-Zélande, je ne vous conseille pas de rouler de nuit, trop de risque de taper un opossum.

Parlons maintenant des conducteurs.
Le kiwi qui est souvent fort sympathique, le devient beaucoup moins une fois derrière son volant.
Déjà le piéton n’est pas roi ici, que ça soit pour traverser ou tous simplement sur le trottoir pour une sortie de parking, la voiture passe d’abord, et ça surprend les premières fois. Seuls deux cas font passer le piéton en prioritaire, quand le passage piéton est bien marqué de gros panneaux orange pour dire que le piéton passe d’abord, et dans ce cas la les voitures vont jusqu’à piler pour le laisser passer, et bien sure aux feux.
Hormis ça le kiwi aime faire des demi tour un peu osé, ou des insertions un peu limite (quelques exemple dans mes vidéos youtube), il te colle si tu vas pas assez vite et que tu te pousses pas sur le coté pour le laisser passer.

Et pour finir il faut faire aussi attention sur la route aux autres touristes. Et oui je vous avais promis de vous en parler dans un de mes précédents posts. Mais j’ai eu de gros soucis sur certaines routes, je vous met trois exemples ci dessous qui se sont passés le même jour dans une zone touristique très fréquentée par des asiatiques.

Incident numéro 1 : Je suis sur une route, je roule à 100, je vois une voiture venant d’une route à gauche, mais elle a un cédez le passage, et d’ailleurs elle ralentit, donc je continue et…. et…. ah ba tiens elle tourne, me forçant a piler et je l’ai évité mais vraiment de justesse. Elle aurait tourné a gauche(donc sur ma voie) et pas a droite, c’était l’accident Donc j’ai bien sur klaxonné, pour les voir me regarder d’un air de dire : ba quoi?

Incident numéro 2 : je recommence tout juste à réaccélérer, j’ai encore le cœur qui bat, je suis de nouveau a 100, je prends un virage, et la je voit une caravane devant moi, ah je voie qu’elle ralentit, donc je ralentit aussi sauf que… elle n’est pas juste en train de ralentir, mais tout simplement elle stoppe sur la route. Pas sur le bas coté, non non sur la route. Je n’ai jamais été aussi contente que Morvach ait d’aussi bon freins. J’ai encore éviter l’impact de justesse et en doublant la caravane me suis rendu compte qu’ils étaient tous debout à l’intérieur pour prendre des photos…

Incident numéro 3 : le moins grave et le plus drôle. Je suis derrière une voiture, on prend un des nombreux virage ou c’est marqué la vitesse à laquelle il vaut mieux prendre le virage, donc la voiture devant ralentit, mais après le virage reste à la même vitesse. J’ai finit par comprendre après quelques km, qu’ils n’avaient pas compris que on pouvait revenir à la vitesse normal après le virage. :p

Donc comme vous pouvez le voir, rouler en Nouvelle-Zélande n’est pas toujours reposant, en plus de la conduite à gauche, il faut rester encore plus attentif tous le temps. Car certaines choses qu’on ne croise pas en France peuvent surprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *