Nouvelle-Zélande : SH38

Article SH38 initialement posté sur Facebook.

SH38. Mais comment je me suis trouvée dans ce bazar total ? Mais comment…
Je crois que c’est la première fois depuis que je suis ici que j’ai été dans une situation délicate.

Comme je vous le disais dans mon précédent poste, je me trouvais à Rotorua, il faut savoir que à Rotorua et autour les campings gratuits ne sont pas nombreux donc je me décide à bouger, ayant décidé de visiter l’est de l’ile du nord, je vois une route qui va dans la bonne direction et avec pleins de camping sur le chemin.

Parfait donc…

Ou pas.

Il faut savoir que en Nouvel-Zelande, une route ça peut être une autoroute a deux ou trois voies (dans de très rare cas), une route comme nos nationale, ou… une gravel road.

Partant en milieu de matinée j’avais décidé de faire un stop sur la route pour déjeuner puis de continuer mon chemin, pour arriver largement avant qu’il fasse nuit (c’est a dire 17h ici).
Sauf que au moment de déjeuner je me rends compte qu’une vendeuse s’est plantée dans un de mes achats du matin… Donc retour à Rotorua échange après grande discussion (la vendeuse s’est rendu compte que toutes les étiquettes avaient été mélangées dans le rayon…).

Je repars, toujours dans les temps.

Première partie de route, une partie de plaisir quasiment pas de virage, Morvac’h roule fièrement et même pas en dessous des limites de vitesses pour une fois.

Quand la je vois, devant moi… Tiens des montagnes. (oui je sais ma géographie de la Nouvelle-Zélande n’est pas encore du tout au point). Donc forcément qui dit montagne dit virage, donc obligée de ralentir. Et la le panneau… Que tous le monde adore ici je suis sure : Gravel Road…

Donc la je ralentit carrément, sur une gravel road je suis en moyenne à 30 souvent en dessous quand même. Bon j’y pense pas trop, des routes avec des portions de Gravel Road j’en ai déjà vu. J’avance tranquillement. (Si j’avais su… Si j’avais su…)

J’arrive joyeusement à mon Free Camp, même si finalement je n’ai eu que de la Gravel Road depuis le panneau. Et la je me dit : Hmmm il y a quelque chose qui cloche, je regarde mon appli, je me rend compte au passage qu’il y a plus de réseau, et je me rends compte que c’est un Free Camp que pour les tentes. Bon pas de soucis il y avait pleins d’autres camping sur la route, je regarde je choisis le prochain et hop je repars.

La la route commence sérieusement a être de pire en pire, je vois qu’il y a eu des coulées de boue, vaguement repoussée pour laisser passer les voitures, je croise que des 4×4. Enfin bon pas de soucis il commence a faire nuit mais j’arrive au free camp suivant (enfin 20km en 40minute quand même…) ! Et la… Euh… Ah ba que de la boue…

Je reprends mon application, je regarde le suivant et je repars tranquillement. Moment rigolo sur le bord de la route en liberté, je croise des chevaux, des vaches (dont une je suis sure elle m’a insultée), et un cochon.

Maintenant il fait carrément nuit, et euuuh… Mais elle fait quoi mon aiguille d’essence, ah elle descend, elle descend vraiment bien quand même… Et euh… mais il s’est passé quoi avec la route ? Coulée de boue… Branche d’arbre… Rocher… Heureusement Morvac’h semble se prendre pour un 4×4 tout terrain et continue sans soucis sur sa lancée.

Bon… J’avance, mais mon aiguille d’essence est a zéro, il fait totalement nuit, en revanche mon voyant d’essence n’est pas allumé.

J’arrive au camping suivant, mais ça fait déjà longtemps que je suis a quasiment plus d’essence, il fait totalement nuit, il y a personne d’autres, comme Morvarc’h est long a démarrer le matin (il faut le laisser chauffer) j’ai peur de rester coincer la le lendemain en panne d’essence et au milieu de nulle part, et j’ai peur de me prendre un rocher sur la tête ou une coulée de boue.

Donc… je regarde ou est la station la plus proche, et m’aperçoit avec consternation, que dans mon habitude du Nord très habité de la Nouvelle Zelande je me suis engagée sur une route avec une seule station essence en pleins milieu, sans réfléchir du tout à faire un pleins total avant de partir… Et il fait nuit… Et c’est une gravel Road.

Le miracle ? En proportion de la taille de la route finalement la station essence est pas si loin de moi, le deuxième miracle ? Elle fait aussi camping, payant cette fois, mais bon la j’en ai rien a faire.
Il est marqué dans les commentaires que elle est extrêmement cher. Mais pareil, je suis pas en position de faire la difficile.

Et donc ? Je repars… Et je me met a regarder toutes les 30s les km qui restent. Bon 20km… Ca fait loin quand même… Allez 15km… Si je tombe en panne maintenant ça fait 30km a pied, mais en faisant du stop une partie du chemin ça peut le faire.(je n’ai croisé que une voiture de toute la route mais bon faut être optimiste des fois) 10km ! Encore plus facile.

Et la je me suis fait interrompre dans mes calculs par un opossum… Ici il faut savoir que le sport national c’est de les écraser, ou d’aller les chasser. Enfin le but c’est donc de les virer, pour les Kiwi ils n’ont rien à faire la ce n’est pas une espèce native, et ils font des dégâts énormes. Donc contrairement aux Kiwis qui hésitent pas a faire un crochet pour être sur de les écraser (pas tous les Kiwis je présume) moi j’ai pilé. Je pouvais clairement pas le tuer. Sauf qu’il a pilé aussi… Puis il a finalement décidé de courir mais devant moi… Pas sur les cotés.
Donc je l’ai suivi pendant 5m en tentant de lui expliquer en Anglais pourquoi je voulais qu’il aille ailleurs que devant ma voiture.
On a finit par se comprendre et j’ai pu continuer ma route.

Et la… 5km ! La si je tombe en passe d’essence, pas de soucis je le fais a pieds avec un bidon même pas peur… Même si il vient de se mettre à pleuvoir et qu’il fait nuit noir.

4km … de mieux en mieux !
3… 2…. 1…. Et oui ça fait prés de 40km que ma jauge d’essence est en dessous de zéro, mais Morvac’h a continué à rouler sagement jusqu’à la station essence et sans allumer le voyant.

Aaaah enfin la station essence ! Bon je sors sous la pluie, pour me rendre compte que ben elle est fermé depuis 16h30, et qu’il est 19h…

Bon je regarde autour de moi et je vois une boite marqué : pour les personnes arrivant après 19h et n’ayant pas réservé allez à l’office de nuit sur le coté.

Ouuuf, je vais pouvoir dormir la et prendre de l’essence demain matin !
Tous finit bien. Ou pas. ^^

Je vais donc sous la pluie à l’office de nuit, je tombe sur deux personnes qui semblent être des clients, je leur demande si c’est bien la, ils me disent que oui mais qu’il y a personne, mais que au vue du panneau il devrait pas tarder.

Je remercie, je regarde le panneau, je sors google trad car clairement je ne suis pas sure d’avoir compris le sens de ce qui est écrit, visiblement google trad comprends pas non plus.
Bon je fait confiance aux Anglophones, et j’attends. J’attends…. J’attends……

Et au bout de genre 30 minutes j’entends une voiture qui arrive ! Youpi ! Soit c’est d’autres clients et on attendra ensemble, par ce que la dans le noir sous la pluie, sans aucun réseau je suis pas au top de ma forme. Soit c’est les proprio et je pourrais aller dormir.

Et non… C’est toujours les deux mêmes qui passent devant moi en voiture, sans même s’arrêter. Flûte. Bon je sais pas ce qu’ils font ils vont plus loin dans le camping, je les entends descendre remonter, revenir, et s’engager ailleurs dans le camping.

Moi à ce moment la j’envisage de dormir sur le parking de la station service… Je commence à en avoir assez.

Et la le miracle… Les deux reviennent avec une troisième personne, aucune idée de qui ça peut être, mais il arrive il passe devant moi, il frappe à l’office de nuit, étonné qu’il n’y ait personne. Il discute avec les deux gars, tellement vite que j’ai rien compris.

Ils finissent leur discussion et la un des gars lui fait, elle aussi elle a besoin de dormir ce soir. Donc la le mec il me demande si il me faut une cabine ? Ennuyé… Je répond vite : non non je dors dans mon campervan, voyant qu’il hésite un peu, mon sauveur du soir lui explique mon problème d’essence, pour lui faire comprendre que de toute façon je vais pas m’enfuir…

Et la le miracle : Oh bas dans ce cas mettez vous ou vous voulez, vous paierez demain, il y pas de soucis. (J’ai toujours aucune idée aujourd’hui de qui ça pouvait bien être)

Pfiouh… bon je vous passe les détails de comment j’ai failli m’embourber en me garant, et comment la pluie est tombée toute la nuit m’empéchant de bien dormir.

En tous cas le lendemain j’ai pris de l’essence, j’ai payé et je suis partie vite… Et sans me poser de questions, pour encore des km de gravel road… J’avais juste envie de sortir de ces montagnes.

Morale de l’histoire : on ne quitte pas une ville sans son plein d’essence, et on évite certains endroits avant cette été.

(Si t’as été jusqu’au bout de mon pavé, met camembert dans les commentaires, au troisième camembert je vais en acheter un au supermarché pour vous faire une nouvelle dégustation, au 5 éme camembert je vous fait carrément la dégustation en vidéo avec un ou deux autres produits pris au hasard que je ne connais pas ici! Et pas la peine de tricher et de poster camembert plusieurs fois 😉 )

Les autres articles sur la Nouvelle-Zélande sont ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *